City Hall, l’écriture prend vie

city-hall-tome-1-

City Hall est un manga en 3 tomes paru aux éditions Ankama , Rémi Guérin en est le scénariste et Guillaume Lapeyre le dessinateur. Le premier tome est sorti en juin 2012 et le dernier en avril 2013, leur prix est de 7,95 €. Un manga français et, qui plus est, d’aussi bonne facture se devait d’être mentionné. J’avais reçu un extrait du premier chapitre en achetant un autre manga, étant très intéressant je l’ai donc acheté dès sa sortie et je n’ai pas eu à le regretter.

L’histoire se déroule en plein cœur de Londres. Dans cette ville, le papier a complètement disparu de la vie des citoyens au profit de la technologie. Cette absence de matière première n’est pourtant pas anodine, par le passé tout ce que les gens écrivaient sur du papier prenait aussitôt vie sous la forme de papercut. Mais bien vite, la cupidité de ces nouveaux créateurs prit le dessus et s’ensuivit alors d’horribles affrontements qui faillirent faire basculer le monde dans l’horreur. Le papier fut donc interdit et détruit définitivement. C’est ce que tous le monde croyait, jusqu’au jour où un individu nommé Black Fowl fit réapparaître le papier et les papercuts, créatures issues de l’imagination. Pour lutter contre ce criminel et découvrir ses intentions, les autorités de City Hall firent appel au plus grand écrivain de son temps, Jules Verne. Accompagné de son ami Arthur Conan Doyle et d’Amélia Earhart, une espionne et agent secret, ils mettront tout en œuvre pour déjouer les plans de Black Fowl.

 J’ai été surprise par la qualité et l’originalité du dessin, c’est une esthétique manga, mais avec un petit quelque chose en plus qui rend le tout vraiment très beau. L’intrigue en elle-même donne tout de suite envie de lire le premier tome, la papier n’existe plus dans la société actuelle car sa simple utilisation permettait la création de créature imaginaire, ça en jette non ? Les planches sont très soignées et on prend plaisir à regarder chaque détail des décors. Les personnages sont charismatiques et représentatifs de leur personnalité, notamment Arthur Conan Doyle, créateur du célèbre personnage de Sherlock Holmes. Le manga n’est pas bourrin pour un sou, tout est dans la subtilité. D’autres personnages bien connus de l’univers de l’écriture feront leur apparition sous les traits de Mary Shelley ou encore H. P. Lovecraft.

 Cette série, qui ne devait au départ compter que 3 tomes, s’étendra au final en un second cycle et ce grâce à son succès. Il a en effet reçu le Prix du meilleur manga 2012 Dlire-Canal BD et celui de la Meilleure BD au style manga 2012 par les lecteurs d‘Animeland.

Source : Ankama Editions

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s