Morsure, gare au loup-garou

Morsure

Morsure de Kelley Armstrong, Bitten pour le titre original, est le premier tome d’une série consacrée aux Femmes de L’Autremonde qui compte en tout douze tomes. Ce roman de bit-lit, sous genre de la fantasy, est publié aux éditions Milady pour 8€ et comporte 536 pages. Morsure est également disponible au format numérique. Kelley Armstrong s’est aussi illustrée dans une autre série dédiée à la jeunesse, Pouvoirs obscurs.

Morsure raconte l’histoire d’une jeune femme prénommée Elena, née humaine et devenue orpheline, transformée en loup-garou par son fiancé Clayton, lui-même loup-garou depuis sa naissance et évoluant au sein d’une meute. Refusant son nouveau statut et ayant surtout bien du mal à maîtriser sa nouvelle nature, Elena se rebellera et essayera de fuir cette nouvelle vie qu’elle n’a pas choisie et qui la prive d’une existence humaine normale. Quittant la meute, sa nouvelle famille, elle cherchera la stabilité en s’installant dans la ville de Toronto, rencontrera un homme avec lequel elle tentera de mener une vie pour le moins humaine la plupart du temps. Cependant, son passé la rattrape et elle doit retourner au sein de son ancien groupe, pour aider ses compagnons à traquer d’autres loup-garous renégats qui pourrait mettre en danger la meute. C’est le début d’une suite de vengeances et de manigances pour faire tomber la meute d’Elena et pour l’obtention d’un nouveau territoire sous la coupe des renégats.

 J’ai eu du mal à accrocher à l’histoire et mon intérêt n’est remonté que vers le milieu du livre. Les descriptions sont légions, ce qui n’est pas si mal, mais j’ai trouvé qu’elles traînaient en longueur, s’étalant parfois sur des pages et des pages, juste pour une chasse au lapin par exemple. L’enchaînement des événements m’a paru trop prévisible, les dialogues trop plats. On sent que le portrait de l’héroïne s’est voulu profond et complexe, une femme torturée, sous l’emprise de ses passions, revendiquant sa liberté par rapport à la meute. Malgré tout, j’ai trouvé le personnage excessif, un peu surjoué, comme si c’était une adolescente en crise. Heureusement, le ton change quand même vers le milieu du bouquin, la tension monte et on apprécie ce regain d’énergie.

 L’histoire n’est donc pas vraiment originale, mais cela reste une  sympathique vision de l’odyssée d’une femme loup-garou pour découvrir sa véritable nature et sa place en ce monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s