La ballade de Baby

image

C’est encore et toujours cette histoire de couverture qui attire le regard et attise l’intérêt. J’aime particulièrement les belles couvertures de livres illustrées par des professionnels, bien plus qu’une simple photographie ou peinture que l’on réutilise parfois à outrance, l’illustration offre une perspective très personnelle et unique du roman sur lequel elle est apposée. C’est donc par cette voie que je me suis vue acheter La ballade de Baby aux Editions 10/18. De l’auteure canadienne Heather O’Neill, ce roman est paru pour la première fois en 2008, il compte 377 pages et coûte la modique somme de 8,40€.

Baby est une jeune adolescente de 12 ans qui vit avec son père Jules, un toxicomane multi-récidiviste. Les parents de Baby ont eu celle-ci alors qu’ils n’avaient que 16 ans, sa mère est d’ailleurs morte assez jeune et sa fille ne l’a presque pas connue. Jules doit donc assumer seul la responsabilité de la petite Baby, mais pas facile de s’occuper d’une jeune fille lorsqu’on traine une dangereuse addiction aux drogues. Le père et la fille survivent tant bien que mal à cette vie décadente, déménageant un nombre incalculable de fois dans des appartements ou chambres d’hôtels plus ou moins miteuses. Jules vogue de petit boulot en petit boulot, se drogue régulièrement avec quelques amis. Malgré cette instabilité, Jules et Baby sont très complices, ils ne possèdent rien mais partagent tout. Pourtant, au fil du temps la situation change, Jules essaye d’arrêter la drogue mais devient paranoïaque et violent, Baby se laisse alors entrainer sur une pente dangereuse et incertaine. Son chemin se retrouve jalonné par les mauvaises rencontres, la misère, la prostitution, la drogue. Tout cela aura-t-il une fin ?

La ballade de Baby n’est clairement pas un roman qui prête a sourire, mais pas un puit sans fond rempli de désespoir non plus. Malgré un sujet vraiment délicat à coucher sur papier et des scènes assez dures, l’auteure ne fait pas l’écueil de tomber une seule fois dans le pathétique ou la pitié. L’histoire est narrée du point de vue de Baby, jeune fille de 12 ans amenée à vivre dans des quartiers mal famés, théâtres de violences et lieux de misère par excellence. C’est justement le jeune âge de Baby qui la protège en quelques sorte de tout ce qui se passe à l’extérieur. Elle ne semble pas vraiment touchée par les évènements qui gravitent autour d’elle, ne s’accable pas longtemps d’une mauvaise passe. Elle s’accommode de presque tout et ne se plaint jamais.

La relation entre Jules et Baby possède une importance certaine dans le roman. La vie de la jeune adolescente découle de toutes les actions de son père. Lorsque Jules tombe malade, Baby atterrit dans une famille d’accueil remplie de gamins paumés ou avec une mère et ses deux fils un peu borderline. Sous le coup de la colère, il l’envoi même pendant un mois dans un espèce d’internat pour les cas difficiles. Baby subit tout de son père, pourtant elle continue à vouloir être proche de lui, à vouloir que tout s’arrange et redevienne comme avant.

La ballade de Baby nous plonge dans un monde sombre et décadent où toutes les couleurs ont fuis le tableau. Cependant, le regard simple et sans jugement de la jeune Baby nous empêche de voir le récit comme un gouffre de désespoir habité par les derniers relents d’une humanité sans foi ni loi. Le roman dépeint la misère sociale d’aujourd’hui et d’hier, sans critiquer ces modes de vie ni apporter de solutions miracles pour arriver au fameux happy end. Un très beau roman qui m’a fait fait voir une partie de la société autrement le temps de quelques pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s