Eleanor & Park

image

Je suis contre le phénomène mouton de société. Je n’aime pas suivre un mouvement juste parce que c’est la nouvelle tendance automne / hiver, parce que toute bonne personne devrait faire ceci ou cela, parce que c’est trop la loose de ne pas avoir le truc in du moment. Mais voilà, lorsqu’on regarde un petit nombre de vidéo youtube livresque, qu’un certain roman revient sans cesse accompagné de « C’est un vraiiiii coup de cœur ! » ou encore « Il est génialissiiiiime ! », on est en droit de se laisser tenter. J’ai donc endossé ma petite laine frisée et suis allée me procurer le non moins usé par d’innombrables chroniques, Eleanor & Park de Rainbow Rowell.

À force d’entendre partout louanges et déclarations d’amour à propos de ce livre, j’étais franchement curieuse de savoir ce qui faisait tomber autant de personne en pâmoison. C’est donc au nom d’une quête scientifique et de la cherche de compréhension d’un phénomène qui ne cessait de s’étendre, que j’ai acquis pour la somme de 16,90€ le fameux roman de Rainbow Rowell. Publié aux Editions Pocket Jeunesse, dans la collection Pocket Jeunesse Grand Format, il compte 384 pages.
Eleanor & Park c’est l’histoire d’une rencontre entre deux adolescents que rien ne semblait pouvoir réunir. Eleanor est une jeune fille solitaire et secrète, un peu trop rousse et un peu trop ronde aux yeux de ses camarades de classe, elle devient vite l’objet de moqueries et de coups bas humiliants. Park est un jeune garçon sérieux qui fait tout pour se fondre avec le décor, fan de comics et toujours avec ses écouteurs sur les oreilles, Park ne se fait pas remarquer et c’est bien ainsi pour lui. Les deux adolescents n’avaient pas prévu que leur première rencontre forcée dans le bus de l’école les mèneraient à vivre une année aussi intense. Entre découverte de soi et de l’autre, déceptions et purs moments de bonheur, Eleanor et Park sortiront plus que grandit de cette belle romance.

Ecrit comme ça, ce roman pourrait passer pour la parfaite histoire d’amour entre deux adolescents. C’est d’ailleurs ce que laissait entendre les nombreux avis que j’ai pu lire sur le net. Pourtant, lorsque j’ai débuté ma lecture, le contexte était tout sauf rose et paillettes. Eleanor a la pire vie qu’on puisse imaginer. Jetée dehors à 16 ans par un beau père violent et alcoolique, elle revient finalement dans sa famille pour vivre sous le joug de celui-ci. Eleanor, sa soeur et ses deux frères s’entassent dans une minuscule chambre où certains doivent dormir par terre. Sa mère subit la violence de son mari et toute la famille vit en sursis selon les humeurs de ce dernier.

A côté de ça, la romance entre Eleanor et Park est un merveilleux jardin secret que la jeune fille essaye de préserver à tout prix, loin de l’enfer de sa vie de famille. Park est son échappatoire, une fenêtre sur un monde plus doux et plus beau, l’inconnu pour Eleanor. Son angoisse perpétuelle en présence d’autres personnes mettra les deux adolescents dans des situations compliquées et orageuses, mais bien souvent résolues à l’aide d’une bonne vieille discussion à coeur ouvert.

Je crois que je suis devenue trop âgée pour lire ce genre de bouquin. L’écriture est pourtant fluide et agréable, les événements s’enchainent parfaitement bien et l’on ne s’ennuie pas une seconde. Mais voilà, je n’ai pas réussi à être touchée par l’histoire d’amour entre Eleanor et Park. Leurs premiers émois du genre on se touche la main, on se palpe le corps à l’arrière d’une voiture et autres m’ont paru presque ridicules. Encore une fois, ce roman s’adresse à un public assez jeune, comme j’ai dépassé la date de péremption depuis un moment déjà, mon avis n’est pas le meilleur qui soit.

Concernant la fin, j’ai été assez déçue, tout ça pour ça ? Les deux tourtereaux sont séparés par la force des choses, chacun dans son coin et on tire le rideau. La vie continue mais n’a plus la même saveur sans l’être aimé pour illuminer chaque instant du quotidien. Le temps passe et la belle histoire d’amour n’est déjà plus qu’un souvenir. C’est dommage car j’attendais tellement de ce roman que je l’ai refermé sans vraiment savoir quoi en penser.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s