Rencontre littéraire

Ce lundi 17 novembre avait lieu à l’université où j’étudie une rencontre littéraire. Quatre écrivains gravitant autour de la Méditerranée sont venus nous présenter leurs oeuvres, rassemblant travail de recherche, carnet de voyage ou romans. Durant deux heures, ils nous ont expliqué le point de départ de leur projet, leurs choix d’écriture et la portée qu’ils souhaitaient pour leur travaux. Ces quatre écrivains étaient François Beaune, Kaoutar Harchi, Ersi Sotiropoulos et Benny Ziffer. Je ne connais malheureusement aucun d’entre eux et c’est pourquoi cette rencontre littéraire s’est revêtue d’un réel intérêt.

Titre : La lune dans le puits  La lune dans le puits

Auteur : François Beaune

Editeur : Verticales, Gallimard

Pages : 512

Parution : septembre 2013

Prix: 20€

~ Résumé ~

«Ceux qui parlent dans ce livre sont moi. J’ai digéré toutes leurs histoires, je les écoute, les réécoute, je me parcours et je retrouve dans l’écho du miroir mes histoires miennes.» Entre décembre 2011 et avril 2013, François Beaune est parti collecter des histoires vraies autour du bassin méditerranéen. Il a choisi d’en retranscrire environ deux cents, dont les siennes, et d’en ordonner la matière au fil des âges de l’existence – depuis l’enfance jusqu’à la mort -, telle l’autobiographie imaginaire d’un seul et même individu-collectif. La lune dans le puits dessine ainsi l’odyssée insolite, populaire et iconoclaste de celles et ceux qui portent les légendes contemporaines du berceau de l’humanité.

La lune dans le puits est un recueil de témoignages de personnes vivants près de la Méditerranée. Le livre contient également des passages autobiographiques. Le travail de recherche de l’auteur consistait recueillir toutes les histoires qui ont marqués le vécu des diverses personnes qu’il a rencontré. Toutes ces histoires servaient alors de matière première pour raconter l’Histoire des méditerranéens. Loin de se limiter à cette oeuvre papier, l’écriture est également radiophonique, avec des lectures publiques, théâtrale et même cinématographique. Tout ce travail a pour but de donner un point de vue sur le monde contemporain. Le plus dur, selon l’auteur, était de rendre l’oralité à travers le texte, trouver le style adequat sachant que ces histoires se rapprochaient beaucoup du conte. Dans une visée toujours plus grande, il faut d’abord écouter les individus pour arriver à l’universel.

~

Titre : Zone cinglée  Zone cinglée

Auteur : Kaoutar  Harchi

Editeur : EXprim’, Sarbacane

Pages : 190

Parution : mai 2009

Prix : 15€

~ Résumé ~

Pas de résumé disponible.

Ce premier livre de l’auteure narre l’histoire d’amour naissante entre deux garçons. Habitants dans une ville aux allures de fin du monde, grâce à cette aventure qui les lient, ils essayent de faire naitre quelque chose du crépuscule. Un des garçon deviendra d’ailleurs le leader d’un peuple en exode. Dans ce livre, il est bien sur question du masculin et des normes que lui impose la société où virilité, force et sentiments cachés sont autant de code de conduite aliénant.

~

Titre : L’ampleur du saccage  L'ampleur du saccage

Auteur : Kaoutar Harchi

Editeur : Actes Sud

Pages : 118

Parution : août 2011

Prix : 15,30€

~ Résumé ~

Héritiers maudits d’un effrayant geste collectif attisé par une féroce répression sexuelle qui, trente ans plus tôt, a profané le corps d’une femme et marqué leurs destins respectifs du sceau de la désespérance, quatre hommes liés par la fatalité du sacrilège traversent la Méditerranée pour connaître, sous le ciel algérien, l’ultime épisode de leur inconsolable désastre.
Sur un motif de tragédie antique, de crimes réitérés et d’impossible expiation, Kaoutar Harchi retrace, de la nuit d’une prison française à la quête des origines sous les cieux de l’Algérie, la fable funeste d’une humanité condamnée à s’entredéchirer dès lors que ceux qui la composent, interdits de parole ou ligotés par le refoulement de leur mémoire, sont rendus incapables d’exorciser les démons qui gouvernent leur chair animale.

On trouve ici l’histoire de quatre homme liés par la misère affective et sexuelle.

~

Titre : A l’origine notre père obscur  A l'origine notre père obscur

Auteur : Kaoutar Harchi

Editeur : Actes Sud

Pages : 176

Parution : août 2014

Prix : 17,80€

~ Résumé ~

Enfermée depuis son plus jeune âge dans la “maison des femmes”, une bâtisse ceinte de hauts murs de pierre où maris, frères et pères mettent à l’isolement épouses, sœurs et filles coupables – ou soupçonnées – d’avoir failli à la loi patriarcale, prise en otage par les mystères qui entourent tant de douleur en un même lieu rassemblée, une enfant a grandi en témoin impuissant de l’inéluctable aliénation de sa mère qu’un infini désespoir n’a cessé d’éloigner d’elle.
Menacée de dévoration par une communauté de souffrance, meurtrie par l’insondable indifférence de sa génitrice, mais toujours aimante, l’abandonnée tente de rejoindre enfin ce “père obscur” dont elle a rêvé en secret sa vie durant. Mais dans la pénombre de la demeure du père, où sévit le clan, la guette un nouveau cauchemar où l’effrayant visage de l’oppression le dispute aux monstrueux délires de la névrose familiale dont il lui faudra s’émanciper pour découvrir le sentiment d’amour.
Entre cris et chuchotements, de portes closes en périlleux silences, Kaoutar Harchi écrit à l’encre de la tragédie et de la compassion la fable aussi cruelle qu’universelle de qui s’attache à conjurer les legs toxiques du passé pour s’inventer, loin des clôtures disciplinaires érigées par le groupe, un ailleurs de lumière, corps et âme habitable.

La première partie de ce roman ce déroule dans la maison des femmes, la seconde partie dans la maison du père. Ce roman a pour but initiatique la conquête de la liberté, le lacher prise. Le récit met en avant la possibilité de renverser la douleur pour en faire une force, rendre les gens meilleurs qu’ils ne l’auraient été dans le cas contraire.

~

Titre : Dompter la bête  Dompter la bête

Auteur : Ersi Sotiropoulos

Editeur : Quidam Editeur

Pages : 232

Parution : Avril 2011

Prix : 20€

~ Résumé ~

Pas de résumé disponible.

Je n’ai malheureusement rien pu noter ici, l’auteur étant grecque et ayant une voix très caverneuse.

 ~

Titre : Entre nous, les Levantins.  Entre nous, les Levantins

Auteur : Benny Ziffer

Editeur : Actes Sud

Pages : 384

Parution : avril 2014

Prix : 23,80€

~ Résumé ~

Invitation au voyage, chronique subjective et piquante, déclaration d’amour insolente et bravache, exercice d’autodérision joyeuse, les carnets de Benny Ziffer sont tout cela à la fois. Écrits d’une plume de poète voyou nourri de ce français chantant jadis indissociable du Levant, ils nous entraînent du Caire à Paris, en passant par Istanbul, Athènes et Amman, avec l’art des détours et des rencontres, dans la fréquentation des marges et la contemplation des multiples miroitements identitaires.
D’une érudition débridée, drôle et légère, tour à tour railleur, sulfureux, nostalgique, l’auteur nous balade dans l’envers d’un Orient surprenant, passant sans transition de la Bible à Mark Twain, de Flaubert à Jésus et Cavafy, des bouges cairotes au désert jordanien, et nous rend aimable – mieux, désirable – un Levant d’aujourd’hui bigarré et porteur d’espoir.
L’air de rien, avec une délicatesse et une élégance intellectuelle à la hauteur de l’enjeu, Benny Ziffer déploie ici une utopie sobre et rationaliste, un plaidoyer superbement provocateur et subversif pour un avenir proche-oriental réconcilié avec tous ses passés.

Ce roman retrace le premier voyage de l’auteur à Athènes. C’est d’ailleurs un carnet de voyage bien plus qu’un simple roman. Le mot « Levantin » possède une signification négative dans le dictionnaire français, cependant à l’origine, il désignait simplement les personnes habitants là où le soleil se lève. L’auteur précise que l’écriture d’un carnet de voyage est une écriture sans effort, il suffit simplement de prendre des notes, de décrire les paysages et les événements.

Voilà donc le résumé de cette rencontre littéraire qui s’est révélée être vraiment passionnante et intéressante. J’espère que le compte rendu de mes notes n’est pas trop brouillon et qu’il donnera envie à des lecteurs de se plonger dans ces récits.

Publicités

4 réflexions sur “Rencontre littéraire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s