Miriam Black 1 – Blackbird

Titre : Miriam Black 1 – Blackbird  Blackbird

Auteur : Chuck Wendig

Éditeur : Eclipse, Panini Books  

Pages : 436

Parution : mai 2014

Prix : 18€

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        
Mais en voilà une couverture qui dépote ! Sans connaître l’histoire, tous les éléments qui composent la jeune femme semblent assemblés de manière anarchique. Lorsqu’on a terminé le bouquin, on se rend compte que, bien au contraire, ils racontent à peu près toute l’histoire. Et quel bonheur de pouvoir regarder cette couverture sous un jour nouveau. J’ai commandé Blackbird sur le site Gibert Joseph pour 11€, le livre est d’occasion mais son état est excellent.

~ Résumé ~

Accidents de voiture, crises cardiaques, meurtres, suicides, lentes agonies, Miriam a tout vu. Elle possède un don : au contact des gens, elle voit la façon dont ils vont mourir. Elle a bien essayé de sauver certaines personnes, mais elle n’a fait que précipiter leur fin. Aujourd’hui, Miriam évite les foules et mène une vie d’errance… jusqu’à ce qu’elle croise la route de Louis. Elle le voit mourir assassiné dans d’ignobles circonstances, mais surtout, elle le voit mourir en prononçant son nom… Comment Miriam peut-elle être mêlée au meurtre d’un homme qu’elle ne connait pas ? Cette fois, pourra-t-elle changer le cours du destin sans précipiter la mort de Louis, et provoquer la sienne au passage ?

On pourrait presque résumer ce bouquin par sexe, alcool, violence et vision. Ce qui est ici très loin d’être réducteur ou négatif. Miriam est une jeune femme possédant un don très particulier dont elle se serait bien passé, assister à la mort d’inconnu par simple contact avec leur peau n’a rien d’une bénédiction. Perpétuellement en fuite, errant de ville en ville, ou plutôt de motel en motel, le bitume des autoroutes est devenu son seul repère dans la vie. Cynique et méprisante, elle a tout d’une star du rock en perdition. Miriam boit souvent plus que de raison, fume cigarette sur cigarette, s’envoie en l’air avec le premier venu et dit toujours ce qu’elle pense d’une façon très éloquente.

Quasiment tout est réuni dans ce livre pour nous faire détester Miriam qui est à l’extrême opposé d’une personne douce, gentille et compréhensive. Et pourtant, dans le désordre de sa vie, dans son intimité et les épreuves vécues, il y a toujours un moment où l’on peut se rapprocher un tant soit peu de la jeune femme. Miriam n’est, au final, rien de plus qu’une fille paumée et seule, cherchant à user sa vie au maximum pour ne pas avoir à la subir chaque jour. Évidemment, le don qu’elle possède ne facilite pas les choses et va même la précipiter dans une sordide mésaventure.

L’auteur ne prend aucune pincette, tout au long de l’histoire, pour nous présenter l’univers dans lequel baigne ses personnages. Du sordide en veux-tu en voilà, mené d’une main de maître grâce à des descriptions toutes plus crues les unes que les autres, versant souvent dans le côté trash. Celle qui m’a le plus marqué restera sans doute la découpe d’un pied à la scie, sur un type bien conscient, à l’arrière d’une voiture en marche. En y repensant, certaines scènes sont quand même bien dérangeantes et c’est à se demander si l’auteur est vraiment sain d’esprit.

Au delà de cet aspect, l’histoire est rondement menée, chaque détails a son importance et rien n’est dû au hasard. Les rencontres entre Miriam et les autres personnages ont toutes un sens, rien n’est laissé dans le flou ou les suppositions. A part bien sûr le don de Miriam, mais Blackbird n’étant pas un tome unique, on peut espérer que d’autres révélations suivront. Ce livre n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains, mais un public avertit et friand de ce genre d’aventure pourra aisément y trouver son compte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s