Skully Fourbery joue avec le feu

Auteur : Derek Landy  Skully Fourbery tome 2

Édition : Gallimard Jeunesse

Pages : 300

Parution : mars 2009

Prix: 16,50 €

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                               Oui, je sais que ce roman est classé dans la catégorie « à partir de 11 ans », mais que voulez-vous, la couverture, le résumé, toussa toussa et on y fait même plus attention. Le présent livre est en fait un tome 2, je possède le premier mais l’ayant lu il y a fort fort longtemps, mes souvenirs sont plus que vagues.

~ Résumé ~

Le baron Vengeous s’est évadé ! Huit ans après l’avoir arrêté, Skully Fourbery se lance à nouveau à la poursuite de son vieil ennemi, aidé de Valkyrie, sa brillante apprentie. Ils doivent à tout prix retrouver le Baron avant qu’il ne s’empare de l’armure mortelle de Lord Vile, qui recèle de terrifiants pouvoirs…

Si l’histoire vous intéresse, commencez par le tome 1, ce qui paraît logique en soit. Je n’ai pas voulu le relire et résultat j’ai été complètement perdue avec les personnages. Dans ce deuxième tome, le détective squelette Skully Fourbery et sa jeune apprentie Valkyrie Caïne, connue aussi sous le nom de Stéphanie Edgley, sont aux prises avec un ennemi plus que redoutable, le tristement célèbre baron Vengeous. Enfermé depuis 80 ans en Russie et partisan fanatique de dieux maléfiques appelés Sans-Visages, Vengeous part à la recherche d’une armure aux sombres pouvoirs capable de faire revenir à la vie une créature tout aussi ténébreuse, dont le seul but est de permettre le retour sur Terre des terrifiants Sans-Visages.

Le pitch de base est quand même sacrément bien trouvé, un détective squelette pratiquant la magie des quatre éléments au service d’une organisation baptisée le Sanctuaire dont le travail se rapproche d’une police pour créatures magiques, vampires, sorciers et autres bizarreries. C’est ce qui m’avait d’emblée plu lorsque j’ai acheté le premier tome de cette série il y a maintenant 5 ans. Même si c’est un roman jeunesse, le style d’écriture et le ton donné au récit peuvent largement plaire à un public plus âgé. Évidemment, on ne pourra éviter les noms enfantins de certains personnages, comme « Vaurien Larsouille », « Jack. A Ressort » ou « La Grotesquerie », mais au fil de la lecture on y prête même plus attention.

L’histoire est bien ficelée, pas le temps de s’ennuyer ni même l’envie de reposer le bouquin, les pages défilent tant le récit est prenant et on a tôt fait d’arriver au dénouement. Ce qu’il est intéressant de noter, c’est cette volonté de ne pas édulcorer certains événements sous prétexte de l’orientation jeunesse du livre. Pour simple exemple, le baron Vengeous a pour hobby de faire exploser les gens, avec force détails s’il-vous-plaît. Dans le même genre d’idée, il n’y a pas de manichéisme trop marqué ici, les gentils peuvent faire le mal et les méchants peuvent retourner leur veste, le temps de quelques pages bien sûr.

Les personnages sont quant à eux très bien travaillés, aucun n’est laissé de côté sous prétexte d’être secondaire. Ils sont presque tous attachants, même certains méchants dont on devine qu’ils ne le sont pas vraiment. L’absence de favoritisme envers les gentils est appréciable, pas de super héros aux supers pouvoirs, infaillibles et indestructibles, tout le monde en prend pour son grade. Concernant les scènes d’actions, et plus particulièrement de combat au corps à corps, elles sont hyper détaillées et réalistes, pas étonnant lorsqu’on sait que l’auteur est ceinture noire de karaté, forcément ça aide.

Que dire de plus sinon que j’ai passé un très bon moment de lecture. La simplicité du récit n’enlève rien à son côté divertissant et passionnant, d’autant que la fin ne peut que nous inciter à lire la suite. Cependant, un problème va rapidement se poser à ce niveau là, en effet 9 tomes sont sortis au Royaume-Unis, la série étant terminée, contre seulement 4 en France. Le dernier étant sorti en 2012 chez nous, aucune nouvelle sur la traduction des cinq autres pour l’instant. Il ne nous reste plus qu’à essayer de convaincre les éditions Gallimard Jeunesse de poursuivre l’aventure avec Skully Fourbery, afin que cette excellente série puisse trouver sa conclusion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s