Lockwood & Co. Le crâne qui murmure

Auteur : Jonathan Stroud  Lockwood & Co. Le crâne qui murmure

Édition : Albin Michel

Collection : Wiz

Pages : 524

Parution : octobre 2015

Prix : 17€

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             J’adore les surprises. Lorsqu’un livre m’a plu, je ne cherche pas toujours absolument à savoir s’il y aura une suite, les futures dates de sorties, etc, je me laisse porter par le « on verra bien ». Et donc, quel ne fut pas mon immense plaisir de constater un beau jour que Lockwood & Co, dont j’avais beaucoup aimé le premier tome, possédait un second opus. Je n’ai pas attendu bien longtemps pour le commander en occasion sur Gibert Joseph pour la modique somme de 11€.

~ Résumé ~

Un fantôme non identifié sème la terreur dans le cimetière de Kensal Green. L’agence qui parviendra à écarter le danger sera sacrée meilleure agence de Londres. Accompagné de la téméraire Lucy et du pince-sans-rire George, Lockwood se lance tête baissée dans l’enquête. A lui la gloire et la reconnaissance de ses pairs ! Entre deux tasses de thé, un monceau de sandwichs et autant d’entraînement d’escrime, les membres de Lockwood & Co. ont aussi leur propre problème : un fantôme, enfermé dans un bocal, vit sur la table de leur salle à manger et il semble avoir des révélations aussi soudaines que mystérieuses à leur faire…

Quel plaisir de pouvoir se replonger dans les aventures de l’agence Lockwood & Co et de retrouver ainsi cette atmosphère si particulière au roman de Jonathan Stroud. Après un début assez désastreux, les trois compagnons se voient confier la mission de mise sous scellé d’un spectre pour le moins étrange, possédant une réputation de scientifique fou et ayant connu une mort fort peu ragoutante. Un objet intrigant aux sombres pouvoirs est découvert avec sa dépouille, convoitise de bien des hommes, il a tué et en tuera plus d’un lors de son passage de mains en mains. Le compte à rebours est lancé pour Lockwood, George et Lucy, ils leur faut retrouver et comprendre tous les mystères qui entourent le fameux miroir, quitte à y risquer leurs vies.

A la fin du premier tome, Lucy découvrait toute l’étendue de son Talent en communiquant avec le fantôme du bocal, un type trois volé par George et sujet d’expériences loufoques. Ce fameux fantôme verdâtre, cynique et désagréable au possible, prend toute son importance dans ce deuxième tome. Lié de son vivant au miroir maléfique et à son créateur, il manipule mensonges et vérités avec brio, si bien que Lucy ne peut avoir aucune confiance en ses dires. Ce lien particulier qu’elle entretien avec le fantôme est loin de lui plaire, semant le doute dans son esprit chaque fois qu’il le peut, la jeune fille en viendra à douter de ses propres compagnons.

Les relations entre les personnages tiennent une place importante dans le récit et on en apprend un peu plus sur chacun d’eux. Anthony Lockwood le très secret meneur de l’agence, dont l’autorité sera quelque peu mise à mal au vue de la très grande zone d’ombre que représente son passé. George le rat de bibliothèque, un peu trop obsédé par le fantôme du bocal, sera sur le devant de la scène, bien plus malmené que dans le premier tome. Lucy quant-à elle, étant la narratrice de leurs aventures, sera en quelque sorte dépositaire de tous les changements qui s’opèrent au sein de l’équipe.

J’ai adoré ce second tome, aussi prenant et flippant que je l’espérais. Les scènes d’investigations, surtout les explorations de maison en ruine où l’on sait qu’il s’est passé des trucs pas nets, sont très réussies tant au niveau des descriptions que de la tension insufflée au récit. Ayant une imagination trop fertile sur ces sujets, je n’en menais pas large lorsqu’il a fallut aller aux w.c, seule, dans le noir. Cela m’a fait penser à ma lecture du tome 1 de L’épouvanteur où j’avais ressenti la même chose, preuve que l’auteur est doué dans son style d’écriture. Une nouvelle palette de personnages bons et mauvais fait également son apparition, et certains méchants ne donnent carrément pas envie d’être croisés dans la vrai vie.

Malgré quelques incohérences dans le texte, qui sont peut-être dues à la traduction, je ne peux que vous recommander Le crâne qui murmure si vous êtes à la recherche de frissons et d’aventures fantomatiques. Et pour vous décider un peu plus, ce deuxième tome de Lockwood & Co se termine sur un cliffhanger totalement inattendu, présageant une suite des plus intéressante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s