Je t’écris du pont

Auteur : Joëlle Ecormier  Je t'écris du pont

Édition : Océans Éditions

Collection : Océan Ados

Pages : 141

Parution : 2009

Prix : 11 €

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            La bibliothèque, cet endroit merveilleux on l’on peut choisir des livres au hasard, sans se soucier du prix, ni même avoir peur de la déception, tout en ayant le réconfort de savoir que des rayonnages entier nous attendent bien sagement. C’est ainsi que j’ai choisi Je t’écris du pont, au pifomètre.

~ Résumé ~

Thomas, seize ans, vient chaque jour après le lycée sur le pont Vinh-San écrire sur des feuilles à petits carreaux qu’il déchire ensuite et jette au vent comme des papillons tristes. Louise, une fille énigmatique, lui tient compagnie. Les autre s’appellent Marco, Ariane, Lancelot, Justine, Babylone, des filles et des garçons bien dans leur époque et sur leur île, à la Réunion. Ils font l’apprentissage difficile de l’amour impossible, de l’amitié, de la difficulté à être soi, de la douleur d’être au monde, de la résistance à une certaine forme d’esclavage…Six histoires courtes, sensibles, parfois drôles, qui disent la fragilité mais aussi la belle fougue de l’adolescence qui se tient sur un pont, entre les rives de l’enfance et de l’âge adulte.

J’avoue qu’au début je pensais lire des histoires d’ados un peu fleur bleue, en rébellion contre le monde, mal dans leur peau. En gros, du Young Adult sous forme de nouvelles. Mais voilà, j’ai été agréablement surprise par le contenu de ce recueil. Et même si cela concerne en effet des ados torturés, mal dans leurs baskets ou tout simplement mal dans leur vie, je me suis laissée transportée par chaque histoire, touchée par la douleur, le désespoir, emportée par les remises en questions, les mea culpa.

Je ne lis quasiment jamais de nouvelles, leur format court ne permet pas de grands développements et j’aime être plongée dans un récit avec moult descriptions, rebondissements, personnages, ect. Pourtant, chaque nouvelle, débutée in medias res, ne donnait absolument pas l’impression d’atterrir au beau milieu d’une histoire dont on aurait manqué le début. On ne se demande pas avec impatience ce qu’il se passe, qui sont ces gens et que diable leur arrivent-ils. On se laisse tout simplement porter par les mots, on découvre des peines et des joies, les pages se tournent sans qu’on en prenne conscience.

De la poésie, voilà ce que j’ai pensé en refermant ce recueil. Les nouvelles ne souffrent pas d’une prose encombrante, de sentiments lourds et pathétiques, mais bien plus d’un style fluide et très poétique, presque musical. C’est si bon d’apprécier une lecture aussi agréable, les 140 pages n’ont d’ailleurs pas fait long feu. Dès la première nouvelle, d’une incroyable intensité, en constate rapidement que l’auteure mêle habilement contemporanéité et fantastique. Tellement bien intégré dans le récit que, souvent, on ne s’en rend compte qu’à la fin, et c’est incroyablement beau et touchant.

On ne s’attache pas aux personnages, le format court nous en empêche et ce n’est pas le but ici. Ils ne font que servir des événements, une situation particulière, un tourbillon de sentiments, une mise en lumière d’un bout de vie. Inutile de préciser que cette lecture m’a beaucoup plu et que je n’hésiterai pas à lire d’autres œuvres de Joëlle Ecormier. Une superbe découverte qui peut, je pense, toucher tous les âges.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s