Le rêve du papillon, Lapins sur la lune

 

Scénariste : Richard Marazano

Dessinateur : Luo Yin

Édition : Dargaud

Pages : 56

Parution : septembre 2009

Prix : 13,99 €

 

 

Le salon du livre de Paris fut l’occasion de belles découvertes, tant au niveau des éditeurs que des auteurs et des diverses conférences. Évidemment, je ne pouvais décemment pas repartir sans empocher quelques bande-dessinées au passage. Au milieu des centaines de titres présents, j’ai jeté mon dévolu sur Le rêve du papillon et sa très jolie couverture, qui m’a directement fait penser au style du grand Myazaki.

∼ Résumé ∼

Tutu s’est réveillée dans un monde inconnu et absurde où l’hiver est éternel. Un monde gouverné par un dictateur, où des lapins bizarres la suivent partout, et dont les habitants ne l’aiment pas beaucoup… La petite fille ne souhaite très vite qu’une seule chose : rentrer chez elle.

La première chose à laquelle j’ai pensé en refermant la dernière page a été Le voyage de Chihiro, il y a tellement de similitudes entre les deux que cela en est troublant. Tout d’abord, la jeune Tutu, perdue seule dans une ville étrange, peuplée uniquement de créatures en tous genres. Les humains n’étant évidemment pas les bienvenus, Tutu devra travailler dans une usine austère et au rythme implacable afin de survivre. Le scénario du Voyage de Chihiro semble se dérouler ainsi au fil des pages et pourtant, on ne pense pas une seconde à un quelconque plagia. Cela s’apparente plutôt à la vision que l’on peut avoir d’un rêve, dans un monde décalé et absurde dont seule est témoin une petite fille.

Les personnages ne sont également pas en reste, des lapins enquêteurs pas dégourdis pour deux sous et qui ne sont pas sans rappeler un certain lapin blanc d’Alice au pays des merveilles. Un mystérieux empereur absent ne parlant que via l’intermédiaire d’un vieux robot rouillé, et un petit chat bavard et malin, sorte de mélange entre le chat du sheshire et Gigi de Kiki la petite sorcière, autant de personnages vraiment décalés et imprévisibles, aux intentions plus que floues pour certains.

J’avoue avoir acheté cette bande-dessinée principalement grâce au style graphique. Comme je le disais plus haut, il me fait beaucoup penser aux animés des studios Ghibli, ce trait net et le travail des couleurs confèrent une douceur poétique dans quasiment toutes les planches. C’est vraiment ce que j’apprécie le plus dans la bande-dessinée, cette mise en valeur de la palette graphique et des couleurs, un peu comme si l’artiste avait peint à même la page.

Le rêve du papillon, Lapins sur la lune est le premier tome d’une série de quatre et, même si elle n’est plus toute jeune, je ne peux que vous conseiller de tenter une incursion dans cet univers mystérieux et intriguant. Un monde digne d’un conte raconté dans un très bel album jeunesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s